Sélectionner une page

La mission CLOTHPARENCY : donner accès à des informations simplifiées et claires pour favoriser un shopping éco-responsable

Clothparency a réalisé de nombreux entretiens avec marques, associations, experts du secteur. Une grande enquête diffusée auprès de 1200 personnes a été réalisée afin de comprendre les attentes et besoins des consommateurs. Ces résultats et constats ont permit de mettre en évidence la nécessité de mettre la technologie au service d’une consommation plus responsable dans le secteur de la mode.

Clothparency conçoit et développe des outils qui permettent d’apporter aux consommateurs une information simple et claire concernant plusieurs critères sociaux et environnementaux sur les vêtements et marques de leurs choix. Notre algorithme permet d’évaluer les vêtements et marques selon plusieurs critères.

 

3 constats qui montrent que les marques de modes doivent se développer en étant écoresponsables

Synthèse dune étude de marché et denquêtes consommateurs : quelles motivations et barrières à lachat responsable dans le secteur de la mode ?

Extract :

Trois grands constats montrent qu’il est temps que le secteur de la mode évolue. Le premier constat est celui d’un secteur aux multiples enjeux sociaux et environnementaux. Le second, celui d’une prise de conscience généralisée chez les 18-35 ans. La jeune génération souhaite faire de ses actes d’achats des actes citoyens : elle s’informe, partage des informations, change voire boycotte les marques dont les valeurs ne sont pas alignées avec les siennes. Le troisième constat est que, malgré une abondance d’informations disponibles sur internet, les citoyens peinent à trouver les bonnes informations pour faire les bons choix au bon moment. La transparence est le grand enjeu du secteur de la mode : nous en parlons dans cet article.

1/ La mode génère de forts impacts sociaux et environnementaux

Alors que l’on parle de plus en plus de l’impact de notre alimentation sur l’environnement, les impacts du secteur de l’habillement ne sont pas suffisamment pris en compte par les acteurs publics et privés.

Pourtant le secteur de la mode est l’un des secteurs les plus polluants : c’est le 2ème secteur le plus polluant après celui du pétrole (1). Rien d’étonnant, lorsque l’on découvre que les Français achètent environ 700 000 tonnes de textile chaque année et que l’on apprend qu’il faut environ 11 000 litres d’eau pour concevoir un jean. Jean qui peut, d’ailleurs, parcourir jusqu’a 67 000 km avant d’arriver dans nos magasins.

Concernant l’impact social, on se rappelle de la triste catastrophe du Rana Plaza (2) qui a provoqué la mort de milliers de personnes et des nombreux scandales où les travailleurs dénoncent des conditions salariales indécentes (3).

2/ De nouvelles attentes et de nouveaux modes de consommation, notamment chez les 18-34 ans

Des consommateurs de plus en plus connectés et cela à toute étape de leur shopping.

Les 18-34 ans, digital natives, utilisent leurs smartphones à tout moment et notamment lors du shopping. Ils souhaitent mieux connaitre les marques, et en découvrir de nouvelles. Lorsque ces consommateurs cherchent un produit en particulier, sont prêts à utiliser des comparateurs pour trouver les meilleures alternatives. Ils consultent des avis avant d’acheter et veulent savoir ce que « vaut réellement la marque » avant d’y mettre le prix. Ces personnes préparent leurs achats en ligne, achètent en magasins mais aussi en ligne. Les smartphones ont révolutionné les achats, et s’intègrent maintenant largement dans les expériences clients.

La réputation des marques se construit par le bouche-à-oreille, les réseaux sociaux, les influenceurs et les associations

D’après l’enquête que Clothparency a réalisée sur plus de 1200 consommateurs, plus de 83% des répondants disent chercher de l’information concernant les vêtements qu’ils souhaitent acheter. Les informations leur parviennent de manière plus ou moins proactive, selon le niveau d’engagement des citoyens : lecture des étiquettes, identification de la présence de labels, questions aux vendeur, recherche d’avis sur google, recherche d’informations sur le site de la marque ou sur les réseaux sociaux, lecture d’articles d’associations d’intérêt général, bouche à oreille ou encore informations relayées par les influenceurs. D’après une étude du cabinet AT Kearney publiée en octobre 2017, un consommateur connecté peut lancer à tout moment une tendance ou nuire à une marque. (4)

Un nouveau rapport à la notion de marque

La génération des « digital natives » possède un rapport différent à la notion de marque. La marque doit faire sens. Cette génération est attachée à la transparence, cherche à décoder le discours marketing et déceler le green-washing. Elle cherche des marques qui véhiculent des valeurs alignées aux leurs : d’après une enquête de YouGov (5) 72% des 18-34 ans n’hésitent pas à changer de marque si celle-ci ne correspond plus à leurs « valeurs» : ils font attention à la qualité des produits bien sûr, mais aussi leur disponibilité, les conditions de travail des employés qui les produisent et la démarche éco-responsable de l’entreprise.

Parmi eux, de nombreux considèrent que les consommateurs ont un rôle à jouer pour « faire évoluer les choses » et souhaitent se mobiliser de manière collaborative : ils boycottent, ils s’informent, partagent du contenu à leurs réseaux. D’après l’étude de Clothparency, plus de 86,1% des répondants considèrent que les actes d’achats sont un levier pour faire changer les choses.

3/ Les alternatives sont disponibles mais plusieurs freins rendent les achats responsables difficiles

D’après l’étude de Clothparency, plus de 55% des répondants disent ne pas encore tenir comptes des critères sociaux et environnementaux lors de leurs achats de vêtements alors qu’ils souhaiteraient le faire. Clothparency a observé, réalisé des entretiens qualitatifs et des enquêtes pour comprendre quels étaient les freins à la consommation responsable dans la mode. D’après notre étude, plus de 90% des répondants manquent d’informations pour faire les bons choix.

L’information existe mais n’est pas disponible au bon moment.

Le niveau d’éco-responsabilité comprend une multitude d’enjeux sociaux et environnementaux auxquels les consommateurs ont difficilement accès. Une étude du programme Movida a montré que pour favoriser la consommation responsable dans le secteur alimentaire, il était nécessaire rendre l’information disponible au bon moment : au moment où les consommateurs prennent des décisions. Dans le secteur de la mode, les consommateurs manquent d’informations claires et simples concernant le niveau d’éco-responsabilité d’une marque ou d’un vêtement à ces moments clés.

L’information existe mais elle n’est pas claire.

Le vocabulaire utilisé pour communiquer les actions de développement durable des marques n’est pas compris de tous. En effet, pour comprendre l’importance de certaines actions RSE, il s’agit de sensibiliser de manière ludique les citoyens aux enjeux du secteur, aux différents impacts et de leurs donner les clés de compréhensions pour faire de bons choix. Quelle matière privilégier ? Que veulent dire les labels ?

L’information existe mais les citoyens n’y croient plus.

D’après une étude de l’AFP, c’est en France que la défiance à l’égard des grande marques est la plus accentuée. Près d’un consommateur sur deux (56%) dit avoir peu ou pas confiance dans les acteurs traditionnels. Les marques qui misent sur l’authenticité, les valeurs sociétales sont devenues la préférence des jeunes consommateurs : plus de 70% d’entre eux sont prêts à payer plus pour des marques respectueuse de l’environnement et concrètement engagées dans les causes sociales. (4)

Nous regroupons et agrégeons les données disponibles par des acteurs de confiance. Nous lancerons bientôt une expérimentation avec les utilisateurs (consommateurs et marques) afin qu’ils puissent référencer de nouvelles marques et enrichir les informations apportées aux consommateurs.

Vous souhaitez participer ? Contactez-nous.

http://www.clothparency.com/

Rencontrez-nous aux FashionTechDays, l’évènement européen de référence sur l’innovation Mode, les 29 et 30 Octobre 2018, à Roubaix !

Cliquez ici pour accéder à la billeterie en ligne !