Comment les nouveaux acteurs du marché de la mode, souvent caractérisés comme des disrupteurs, ont-ils réussi à engendrer une croissance rapide?

Fabrice Jonas nous a proposé, lors des Fashion Tech Days 2018, les témoignages de trois entreprises à succès: Daco, une solution de benchmarking intelligent basé sur un algorithme puissant (et qui vient d’être racheté par Vente privée), Le Slip Français qui révolutionne le marché de l’underwear initialement masculin avec une promesse basée sur le Made In France et la bonne humeur, et enfin celui du concept store masculin La Garçonnière.

Paul Daco a ainsi expliqué comment son équipe et lui ont attaqué le marché du B2B avec des leitmotivs, des promesses, qui ne les ont jamais quittés:

  • avoir un produit, pour un marché réel et un public précis,
  • avoir pour objectif immédiat d’être profitable,
  • garder la maitrise de son projet et ne pas lever de fond,
  • la débrouillardise et la persévérance plutôt que les gros moyens,
  • développer une excellence opérationnelle faite d’efficacité et de frugalité,
  • construire un écosystème de partenaires et organismes, quitte à faire du « pro bono », c’est-à-dire de délivrer gratuitement des informations et analyses pour s’assurer le soutient de cet écosystème,
  • être des experts dans leur domaine.

Violette du Slip a souligné combien il est primordial de jongler en permanence entre court terme et long terme afin à la fois de pérenniser la vision de l’entreprise tout en conservant une agilité opérationnelle.

Au slip, cette agilité consiste à procéder à l’inverse des procédés habituels du secteur de la mode en terme d’engagement et de prise de commande de production. Avec une marge 2 à 3 fois inférieure aux pratiques du marché, Le Slip Français n’a pas les moyens de surtocker leurs produits, de financer un BFR gourmand ou de pratiquer la décote.

Par conséquent, ils se sont vus dans l’obligation de réinventer leur process en abandonnant la traditionnelle « boule de cristal » (des prises de commande sur une saison, 1 an à 1 an et demi en amont) pour un engagement mensuel basé sur la data.

Les 3 témoignages s’accordent tous sur la nécessité d’inscrire la stratégie de l’entreprise dans un socle de sens et de valeurs, qui doit être déployer tant dans le style de management que dans la stratégie produit afin de piloter chaque actions dans une même direction et au service d’une même vision.

Une belle table ronde faite de retour d’expériences. Merci à vous 4.