Sélectionner une page

     Article publié par MC KINSEY en février 2019

Imra, Ahmed,Anita Baldanchani, Marco Beltrami, Achim Berg,Saskia Hedrich, Felix Rolkens.

Les Technologies et le changement rapide de la demande fait du très juste a temps une Tendance à suivre.

L’automatisation et L’Analyse des Data ont permis a une nouvelle sorte de Start Ups d’adopter une production agile fabriquée à la demande.
Les gros retailers vont commencer à les suivre, avec le but de répondre beaucoup plus rapidement aux tendances et à la demande. Le résultat va probablement être un développement du juste à temps, la réduction des surstocks, et un développement des plus petites séries.

Le design et la production sont traditionnellement une suite de nombreuses opérations, parfois prenant plus d’un an pour pousser un produit de l’idée au marché.De nouvelles technologies, l’analyse de data, et la relocalisation proche forment une partie de  la solution, et permet aux entreprises de Mode de répondre très vite sur le développement de leurs produits et son sourcing.
Ce changement rapide est une des DIX TENDANCES décrites dans le rapport STATE OF FASHION 2019, écrit avec BUSINESS OF FASHION.

Le pouvoir des social médias signifie que les tendances sont maintenant issues des consommateurs, et non plus de la Presse ou des Retailers. Dans une ère de préférences changeantes, être capable de répondre a ces changements grâce a une production sur mesure est le plus sensé.
La Mode est à l’orée d’un changement « sismique » ou les produits sont en « pull » c’est-à-dire exigés par le marché, et non plus en système « push » c’est-à-dire mis en vente sur la foi de prévisions.

Le renversement est d’envergure.

Auparavant, sourcing et production étaient organisés selon les prévisons des stylistes et acheteurs, qui anticipaient les futures demandes des consommateurs. Tout ceci organisé par saisons. Dans le système PULL, le design et la production répondent à la demande. Il y a une gestion des stocks selon laquelle un produit est remplacé lorsqu’il est consommé. Du point de vue économique, Il ya du positif et du négatif.
Le positif : Le besoin de rapidité peut rapprocher la production des marchés : l’idéal est de produire « le jour d’après «  l’idée. Ceci est très différent du passé lorsque les « leadtimes » de l’idée au magasin se comptaient en semaines ou mois. Selon une étude de Goldman Sachs, la réduction de leadtime est fortement corrélée à la croissance. Selon une étude récente publiée par Mc Kinsey,60% des responsables de sourcing pensent que 20% de leurs volumes seront en proche d’ici 2025.


Un facilitateur est le développement de l’automatisation, qui va aider a réduire le cout de certains produits. Bien que l’automatisation soit peu développés dans la confection, plusieurs technologies font entrevoir son énorme potentiel. Par exemple l’impression digitale et le finissage au laser,les innovations sur le tricotage 3D, la confection semi automatique, la logistique robotisée. Une autre opportunité est de bâtir des MICRO FACTORIES, qui permettent le développement et la production à grande vitesse. Elles peuvent être utilisées en prototypage, et en production.

Selon Lisa Lang, fondatrice de THE POWER HOUSE une agence de conseil Fashiontech : « Les Microfactories vont décolelr dans les prochaines années,et plusieurs acteurs sont en train d’en développer » 
Les Start Ups se positionnent sur ces opportunités : Lesara basé a Berlin revendique 10 yours de délai entre une tendance et la mise sur le marché de nouveaux produits. Des sociétés comme SOFTWEAR et SEWBO révolutionnent la confection en mettant sur le marché des automates de confection. SHARECLOTH, une start up de service newyorkaise, aide les retailers a digitaliser leurs collections et prendre des commandes « virtuelles » puis les produire ensuite.

Adidas est une des marques majeures a mettre en place la fabrication à la demande : Adidas a deux « SPEEDFACTORY » à ATLANTA et en Allemagne qui vont produire un million de paires de chaussures en 2020.

Superdry lance « Superdry Laundry » une colelction limitée qui sera livrée en moins de sis semaines ;
En 2017,Amazon a déposé un brevet concernant une usine de confection entierement automatisée. UNIQLO a signé avec SHIMA SEIKI un accord visant a produire selon la technologie Tricot 3D « WHOLEGARMENT » qui permet de tricoter un pull entier sans intervention humaine. SHIMA SEIKI pense que sa technologie permettra la customisation de masse. Les grands acteurs travaillent sur l’analyse des data, ce qui va révolutionner les prévisions et plannings de production.

En 2017, le japonais ZOZOTOWN a lancé zozosuit, un scan 3D qui permet de mesurer les corps et de fabriquer des jeans, t-shirts et costumes sur mesure. Le fondateur et président Yusaku Maesawa pense que Zozosuit va révolutionner la personnalisation en la mettant à portée de tous. Zozotown pense vendre six a dix millions de costumes par an. Il ya biensur des différences entre start ups et marques leader. Les grands acteurs vont se transformer pas à pas. Ce système remet en effet en question toute leur supply chain. En 2019, les investissements dans la rapidité vont s’intensifier. La vitesse est en effet un avantage compétitif majeur.

Les petites sociétés plus agiles seront avantagées. Les offres de personnalisation vont exploser, avec de nouvelles Start Ups qui vont redéfinir la notion de sur mesure. Les dépôts de brevets sur l’automatisation vont s’intensifier.Pour en savoir plus : lisez le rapport The State of Fashion 2019 : L’année du réveil.